A propos Frédérique - Bibliothèque d'agglomération Bonlieu - Annecy

Responsable du Patrimoine de la bibliothèque d'agglomération Bonlieu

« Récréations et passe-temps » – Henry-René d’Allemagne

4630 O3n peut définir le jeu comme une activité de loisirs d’ordre physique ou bien psychique, soumise à des règles conventionnelles, à laquelle on s’adonne pour se divertir, tirer du plaisir et de l’amusement.
La bibliothèque conserve 4 ouvrages du début du XXème siècle de Henry-René d’Allemagne consacrés aux jeux.

Récréations et passe-temps
Récréations et passe-temps
« Au jeu et au vin, l’homme devient coquin »

.

Lire la suite

La « Description de l’Égypte » : un monument de l’édition française

L'Egyptee 19 mai 1798,  Napoléon Bonaparte embarque à Toulon pour l’Égypte.
La Campagne d’Égypte est un désastre militaire qui aboutit en 1801 à la capitulation de l’armée française.
Cet échec militaire reste un événement considérable dans l’histoire des connaissances, puisque c’est la première fois qu’une expédition militaire est doublée d’une expédition scientifique.

Lire la suite

« Le poilu tel qu’il se parle » – Gaston Esnault

lettrine Dès le départ, la 1ère Guerre Mondiale n’est pas une guerre comme les autres.  La durée du conflit et le brassage de populations de toutes contrées et de toutes origines sociales va contribuer à l’émergence de ce qu’il convient d’appeler un « Parler Poilu ». Il apparaît dès les premiers mois du conflit : dessinateurs, chansonniers et lexicographes se sont employés à le relever.

Dans le cadre de l’exposition « 14-18 : une guerre, des images » présentée dans les bibliothèques d’Annecy jusqu’au 27 décembre 2014, la bibliothèque d’agglomération Bonlieu présente une édition originale (de 1919) d’un ouvrage singulier de Gaston Esnault, que l’on peut décrire comme « Le dico des poilus ».

le-poilu-tel-qu-il-se-parle« Ce livre désire être un tableau des jeux de la langue et de la pensée, des « sématismes »* en usage chez le combattant de la guerre actuelle …/… Si mon poilu est bien tel que tu le parles, tu le liras deux fois et tu t’apercevras de ses exactitudes et de ses manques …/… D’abord l’usage est inépuisable, soit qu’on veuille le mettre, océan, dans une coque de noix, soit parce que la guerre n’est pas terminée et qu’à son devenir correspond une genèse de langage incessante.
J’ai rassemblé ici, avec ce qui était caractéristique de la guerre, de quoi énoncer à peu près tous les actes de la vie courante, pourvu que cela ne traînât pas dans les dictionnaires connus. » Lire la suite

« Je s’aime » – Fabrice Hyber

fin d’enrichir d’ouvrages exceptionnels la collection de livres d’artistes, la bibliothèque a acheté* en 2011 : « Je s’aime » de Fabrice Hyber (présenté au Rendez-vous du bibliophile du 17 juin 2011).

L’ouvrage est paru chez Bernard Chauveau et Le Néant éditeur dans la collection « rencontres d’atelier ». Le tirage est limité à 255 exemplaires comprenant : 200 exemplaires numérotés de 1 à 200, 20 exemplaires numérotés de 201 à 220 réservés à l’artiste, 10 exemplaires numérotés de I à X réservés à l’artiste, 20 exemplaires n° XI à XXX pour le tirage de tête, 3 exemplaires lettrés de A à C réservés aux éditeurs, 2 exemplaires hors commerce.

Notre exemplaire est un des tirages de tête, numéro XVII / XXX. C’est une édition originale enrichie d’une intervention unique de l’artiste sur feutre, signée. Lire la suite

Les gravures d’Alain Bar

diteur & graveur de livres sur le jazz et le sport depuis bientôt 40 ans, Alain Bar est un des rares artistes à concevoir, imprimer et diffuser lui-même ses ouvrages. Depuis les années 1970, pas moins de 47 livres ont vu le jour sous les enseignes « Ex-libris » & « Parole gravée », chacun tiré entre 33 et 99 exemplaires.


Dans le cadre du Rendez-vous du bibliophile de mars 2011, nous vous avons présenté les sept livres d’artistes auxquels a participé Alain Bar et qui sont conservés dans le fonds de bibliophilie contemporaine : Lire la suite

La diffusion de l’art à travers les revues du début du XXème siècle

es revues d’art éditées au XXème siècle constituent un accès privilégié à la création, un observatoire de l’art vivant.
Les textes et les œuvres inédits qu’elles présentent, les entretiens avec les artistes à un moment donné de leur création, les dialogues et polémiques permettent de comprendre comment les œuvres se forment, en écho à une théorie ou en opposition à un parti pris.
De plus, leur lecture permet de découvrir des auteurs qui, faute d’avoir publié des livres ou enseigné dans de célèbres écoles, sont aujourd’hui oubliés, alors que leurs analyses ont eu une influence sur la création de leur époque.

Le fonds de bibliophilie contemporaine de la bibliothèque Bonlieu comporte deux collections de revues d’art.

Tout d’abord, la publication « les Cahiers d’art », est une des plus grandes revues d’art du XXe siècle.

Fondée par Christian Zervos, elle aura une grande influence sur l’activité artistique française et européenne. Pendant une trentaine d’année – avec une interruption pendant la guerre –, les Cahiers d’art publient des articles, des analyses et des comptes rendus, se concentrant sur la peinture et la sculpture, tout en s’intéressant au cinéma, au théâtre et à l’architecture (à l’exclusion toutefois des arts décoratifs que Zervos n’apprécie guère). Lire la suite