A propos Emmanuelle – Bibliothèque d'agglomération Bonlieu - Annecy

Responsable de l'atelier reliure de la bibliothèque d'agglomération Bonlieu

Duc : relieur annécien

ui était ce relieur dénommé DUC dont la bibliothèque d’agglomération Bonlieu conserve des ouvrages qu’il a signé ?

Ancien ouvrier d’un atelier de reliure annécien, il s’est installé en mars 1888 au 1 rue de l’Évêché.

Marc Duc - relieur

Son installation est peut-être liée à un conflit avec son ancien employeur puisque ce dernier se sent obligé de faire un encart dans le même journal le 28 avril 1888 en mentionnant que, malgré le départ de son ouvrier, l’entreprise reste « organisée ». Lire la suite

Ouvrage d’une « librairie de prêt » au XVIIIe siècle

es bibliothèques ont toujours tendance à présenter leurs fonds au travers des exemplaires les plus remarquables : soit par leur contenu intellectuel, soit par leur reliure (des cuirs presque exclusivement). Cependant, les collections regorgent d’exemplaires de prime abord très banals, qui s’avèrent être de jolis témoins d’une réflexion liée à la lecture et à la diffusion de l’information, très représentatifs de leur époque.

En voici un exemple, conservé à la bibliothèque d’agglomération Bonlieu : « Dissertation sur l’établissement de l’abbaye de Saint-Claude », par Charles-Gabriel-Frédéric Christin (1741-1799), édité en 1772.

A partir du XVIIIème siècle, les libraires, qui restent en majorité éditeurs et imprimeurs, adjoignent fréquemment à leur boutique « des lieux où l’on donne à lire, moyennant une faible rétribution, des journaux et des livres », destinés à fixer leur clientèle. Mélangeant à la vente le neuf et l’occasion, le prêt et la lecture sur place, ces librairies & bureaux d’abonnements ont eu un rôle important dans le développement de la lecture publique.

Notre ouvrage, « témoin » de cette pratique, a été recouvert d’un patchwork de papier dominoté (le même), peut-être pour le distinguer des livres proposés à la vente.

La superposition des morceaux est matérialisée par des lignes vertes sur nos photos.

Une étiquette au dos du document indique le nom du lieu où fut proposé ce livre de prêt. Il s’agit « du magasin littéraire au bas de la cité » à Genève. Lire la suite

« Voyages dans les Alpes » – Horace-Bénédict de Saussure

oyages dans les Alpes, précédés d’un essai sur l’histoire naturelle des environs de Genève », par Saussure, est constitué de quatre tomes pour l’édition de 1803, à Neufchatel : chez Louis Fauche-Borel.

Cette série est reliée dans un style typique de la période post-révolutionnaire.


Ces volumes sont des demi-chagrins grain long rouge, posés à l’horizontal, à petits mors et petits coins. Les plats sont recouverts d’un papier uni rouge imitant l’effet grain long, posé à la verticale. Ils sont bordés d’une jolie roulette or, qui alterne trois points, et un losange en continu. Lire la suite

Les signatures de relieurs

usqu’au XVIIIème siècle, le nom des relieurs n’est référencé que dans des registres de corporation ou des registres comptes . Fin XVIIIème, début XIXème, on commence à trouver mention du nom de l’artisan qui a « habillé » le livre ; les plus illustres pour commencer (Simier, Thouvenin, Bradel, etc …). Puis, la pratique se démocratise.

Pour certains ouvrages, dont l’édition est rare, la signature d’un relieur de renom peut apporter une certaine plus-value.

Mais sauriez-vous trouver la signature d’un relieur sur un de vos livres?

Je vais vous indiquer comment repérer les signatures de relieurs, en prenant exemple sur  quelques ouvrages signés présents dans les collections de La bibliothèque Bonlieu.

Premier exemple de signature :

Le relieur signe à l’aide d’un tampon à encre ou d’une étiquette papier imprimée et collée à l’intérieur du livre, sur le premier plat ou la page de garde.

……..

Voyez, ci-dessus, la signature d’un relieur Annecien ayant exercé entre 1925 et 1950 au n°9 de la rue Grenette. (Ouvrage : Picturae antiquae cryptarum romanarum et sepulcri Nasonum – Romae : S. Michaelis, 1738)

Lire la suite