« Le poilu tel qu’il se parle » – Gaston Esnault

lettrine Dès le départ, la 1ère Guerre Mondiale n’est pas une guerre comme les autres.  La durée du conflit et le brassage de populations de toutes contrées et de toutes origines sociales va contribuer à l’émergence de ce qu’il convient d’appeler un « Parler Poilu ». Il apparaît dès les premiers mois du conflit : dessinateurs, chansonniers et lexicographes se sont employés à le relever.

Dans le cadre de l’exposition « 14-18 : une guerre, des images » présentée dans les bibliothèques d’Annecy jusqu’au 27 décembre 2014, la bibliothèque d’agglomération Bonlieu présente une édition originale (de 1919) d’un ouvrage singulier de Gaston Esnault, que l’on peut décrire comme « Le dico des poilus ».

le-poilu-tel-qu-il-se-parle« Ce livre désire être un tableau des jeux de la langue et de la pensée, des « sématismes »* en usage chez le combattant de la guerre actuelle …/… Si mon poilu est bien tel que tu le parles, tu le liras deux fois et tu t’apercevras de ses exactitudes et de ses manques …/… D’abord l’usage est inépuisable, soit qu’on veuille le mettre, océan, dans une coque de noix, soit parce que la guerre n’est pas terminée et qu’à son devenir correspond une genèse de langage incessante.
J’ai rassemblé ici, avec ce qui était caractéristique de la guerre, de quoi énoncer à peu près tous les actes de la vie courante, pourvu que cela ne traînât pas dans les dictionnaires connus. »

Considéré par Albert Doillon comme : « le glossaire le plus complet sur l’immense vocabulaire, très composite, né dans la guerre des tranchées », il contient de nombreuses premières attestations de l’argot populaire parisien.

Gaston Ernault est né à Brest le 31 octobre 1874. Il est professeur dans l’enseignement secondaire, agrégé de l’Université, lexicographe et spécialiste de linguistique & de littérature. Il a publié des études savantes sur l’argot en France d’une part, puis sur la langue et la littérature bretonne, d’autre part.
Comme tous les hommes en âge de se battre en 1914, il part au front et sera dans les tranchées jusqu’à la fin de la guerre.

Carte-identite-gaston-esnaultImmergé dans la violence du conflit, au contact de ses compagnons d’infortune, il met en œuvre un travail linguistique remarquable ; il note, sur des petites fiches ou des carnets, toutes les expressions d’argot qui lui passent entre les oreilles. Il en donne également le sens, en recherchant leur étymologie.
Il nous apprend que la plupart des mots de l’argot des tranchées sont formés par allusion technique, comparaison et calembour. Il existe également plusieurs mots d’emprunts à d’autres langues, notamment l’arabe provenant du vocabulaire des casernes de l’armée d’Afrique, comme « clebs » : m., Caporal car Caporal se dit cabo ; or cabot signifie chien ; or chien se dit clebs (de l’arabe « Kel’b ») ; donc clebs signifiera Caporal… .

Morceaux choisis :

Bochie, f., Germanie ; très usuel au 81ème t., mai 16…suffixé comme Turquie.
Bochonnerie, f., Acte sale d’un boche ; 40ème art…chevauchement de boche + cochonnerie.
Chevaux de luxe, m., Militaires faisant un service agréable, avec loisir d’être bien nourris et bien habillés, en particulier Militaires de la S.A.P.-X., Toul. 16
Sang des autres (le), la Décoration de la Légion d’honneur ou de la Croix de Guerre, quand elle est attrapée par faveur ou atteinte à l’ancienneté ; 81ème art., mai 18.

Vous pouvez consulter l’ouvrage en le demandant au bureau du 1er étage de la  bibliothèque Bonlieu ou le feuilleter ici :


PDF

Références du document :
Le poilu tel qu’il se parle, Gaston Esnault, Éditions Bossard, 1919. Cote : 8° 832

Article de Frédérique – Patrimoine/Bibliothèque Bonlieu

Pour aller + loin :
Les mots des tranchées : l’invention d’une langue de guerre, 1914-1919 / Odile Roynette.
Paris Armand Colin, 2010 – Bonlieu secteur adultes : 944,081 4 ROY

Le parler des poilus : vocabulaire des tranchées / d’après Lazare Sainéan.
Clermont-Ferrand : C. Bonneton, 2014.- Bonlieu espace langue 447.09 SAI

L’Argot de la guerre, d’après une enquête auprès des officiers et soldats / Albert Dauzat.
Paris, Armand Colin, 1918. – Secteur patrimoine, fonds ancien : MB 8° 1743

« Esnault (Gaston). Le poilu tel qu’il se parle », ABC de la langue française

* Sématisme : 1. Ressort en jeu dans l’esprit au moment historique où il crée une expression neuve. 2. Contenu concret de l’esprit qui jouit consciemment d’une expression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.